Ukraine/Russie : le gaz algérien comme solution à la dépendance de l’Europe - Algérie

Ukraine/Russie : le gaz algérien comme solution à la dépendance de l’Europe

Le conflit entre la Russie et l’Ukraine a conforté les pays de l’Europe centrale, en particulier l’Allemagne, dans l’idée d’atténuer leur dépendance au gaz russe.

Les récentes manoeuvres du président russe, Vladimir Poutine, aux frontières de l’Ukraine, ont ravivé l’inquiétude des dirigeants européens. De par sa position géographique, l’Algérie apparaît comme une alternative à cette dépendance russe.

Un gazoduc entre l’Espagne et l’Allemagne pour réduire la dépendance de l’Europe centrale vis-à-vis du gaz russe dans les années à venir, selon  le journal espagnol La Vanguardia.

Une nouvelle liaison transpyrénéenne pour acheminer du gaz algérien et du gaz liquéfié vers le centre de l’Europe qui permettrait de stocker et de traiter les huit usines de regazéification situées en Espagne et au Portugal.

Ce projet a pour but de transformer la péninsule ibérique en plate-forme de distribution capable de corriger la forte dépendance de l’Allemagne et de l’Europe centrale au gaz russe et de récupérer le projet Midcat, le corridor gazier méditerranéen, dans un nouveau contexte historique.

Ressusciter le projet MitCat

Le projet consiste à alimenter l’Europe à travers un gazoduc, baptisé MidCat, partant d’Espagne jusqu’à l’Allemagne pour reduire la dépendance de l’Europe centrale au gaz russe.

La relance d’une nouvelle liaison transfrontalière avec la France pour amener le gaz au cœur de l’Europe est actuellement sur la table de travail de l’Otan, comme l’ont confirmé des sources gouvernementales espagnoles à La Vanguardia. L’Allemagne est très intéressée par le projet, selon les mêmes sources.

La forte dépendance de l’Allemagne au gaz russe (50 % de la consommation de la locomotive économique européenne), apparaît désormais comme l’une des principales faiblesses géostratégiques de l’Union européenne dans le tour de force colossal avec la Russie sur le statut de l’Ukraine.

Le Midcat, la connexion projetée depuis la Catalogne, apporterait au moins 7 milliards de mètres cubes supplémentaires, selon le même média.

D’un coût estimé à 400 millions d’euros, le Midcat a été enterré il y a trois ans sur décision de la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC) et de la Commission de régulation de l’énergie, explique le journal espagnol.

Les régulateurs espagnol et français ont estimé que cette installation ne serait pas rentable dans un contexte de remplacement rapide du gaz par des énergies renouvelables.

Le Midcat peut revenir. L’usine de regazéification du port de Barcelone, qui est la plus grande d’Europe, serait directement connectée à ce gazoduc, a indiqué le même média.

L’Allemagne regarde désormais le projet avec intérêt, car elle a besoin d’alternatives d’approvisionnement et parce qu’elle s’est également engagée dans la production d’hydrogène vert en Afrique du Nord.


A lire également