Skikda: premier tour de manivelle d’un documentaire sur le moudjahid Ramdane Djamel

SKIKDA – Le tournage d’un film documentaire sur le parcours du défunt moudjahid Ramdane Djamel (1934-1962) a commencé mardi au musée régional le moudjahid Ali-Kafi de Skikda.

L’œuvre s’inscrit dans le cadre de la célébration du 60ème anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale, a déclaré à l’APS Adel Ramram, directeur de « Ramram film », société productrice du film documentaire créée via le dispositif de l’Agence nationale d’appui et de développement de l’entrepreneuriat (ANADE).

Ce travail vise principalement à mettre en évidence la personnalité d’Ahcène Ramdane, appelé Djamel, et faire connaître aux générations futures l’héroïsme de ce moudjahid issu d’une région enclavée de la wilaya de Skikda et qui était le premier pilote (aviateur) en Afrique ayant formé le dirigeant de l’Afrique du sud Nelson Mandela.

Le lancement du tournage du premier plateau de ce film documentaire a coïncidé avec l’anniversaire de sa mort, le 6 décembre 1962 et verra l’enregistrement des premiers témoignages sur le parcours de ce moudjahid avec les membres de sa famille au musée El-Moudjahid le colonel Ali-Kafi.

L’œuvre comprend d’autres plateaux dans plusieurs wilayas à l’ouest et au centre du pays pour capter les principales régions où Ramdane Djamel avait lutté contre le colonisateur français, a souligné M. Ramram qui a précisé que le tournage durera 25 jours, et la présentation du documentaire aura lieu le 16 avril 2023 à l’occasion de la célébration de Youm El Ilm (journée du savoir).

Pour sa part, Salah Ramdane (80 ans), frère du feu moudjahid Djamel Ramdane a indiqué à l’APS que ce dernier né le 29 janvier 1934 dans la commune El Keddis, ex Saint-Charles qui porte aujourd’hui son nom, était dès son jeune âge animé par l’esprit patriotique et les principes et valeurs humaines en plus de son amour pour la science.

Il a ajouté que son frère a manifesté un penchant particulier pour la science, car dès son jeune âge, il se presse pour les études, ce qui a fait de lui une personne distinguée de ses pairs.

Ayant décroché son diplôme avec brio en 1948, le moudjahid Ramdane Djamel avait rejoint l’Ecole d’aviation militaire Rochefort (Port militaire de France en 1951) pour être l’unique arabe dans cette Ecole, a ajouté son frère dans son témoignage.

Ramdane Djamel était également moudjahid dans les rangs de l’Armée de libération nationale, a indiqué Salah Ramdane, ajoutant qu’il avait pris la fuite par avion avec une autre personne vers le Maroc d’où il a rejoint les rangs de la Révolution.

Il a changé son prénom de Ahcène à Djamel pour tromper l’ennemi français, selon le témoignage de son frère et ce, de 1957 jusqu’à 1962, ajoutant qu’il était chargé de former les soldats algériens dans le combat et la communication en plus des formations qu’il a assurées à l’époque au dirigeant sud-africain Nelson Mandela et d’autres personnalités africaines.

Le moudjahid Djamel Ramdane est mort dans sa maison familiale à Alger le 6 décembre 1962.


A lire également