Seule option malgré dangers et bas salaires

C’est par “nécessité” qu’Henry Alviarez s’est décidé à descendre dans les mines à charbon de Lobatera, rare solution pour survivre dans cette ville des Andes vénézuéliennes frappée par la crise. Lobatera, dans l’État de Tachira


A lire également

Lire également