Salaire en Algérie : hausse des aides financières et prêts pour ces professionnels - Algérie

Salaire en Algérie : hausse des aides financières et prêts pour ces professionnels

En effet, le Comité national des services sociaux a mis sur la table le dossier des aides financières et des prêts dont bénéficient les travailleurs du secteur de l’éducation nationale en Algérie. Ces subventions seront révisées après la tenue de l’Assemblée générale nationale. Il est d’ailleurs prévu que ces services sociaux bénéficient à 800.000 travailleurs du secteur.

Ainsi, le chef du Comité national des services sociaux, Abdelkader Hamadouche, a indiqué que le gel de nombreuses activités suspendues depuis trois ans sera levé. Cette suspension était due aux circonstances exceptionnelles découlant de la pandémie. Et parmi ces activités on relate les pèlerinages de la Omra, les camps de vacances pour les familles. Mais aussi les compétitions sportives et autres activités culturelles et touristiques.

Le même intervenant a déclaré que de nombreux employés n’ont pas pu bénéficier de certains services sociaux durant cette période. Et ce pour de nombreuses raisons. A titre d’exemple on relate les dysfonctionnements internes qui ont retardé l’octroi des prêts dans la wilaya de Jijel, notamment en 2021. Ces soucis ont par ailleurs été réglés, et il a été procédé au décaissement tardif des certaines subventions.

Amélioration des services sociaux pour 800.000 travailleurs
En effet, les orphelins et les veuves ont pu bénéficier de leur aides au vu de leur caractère urgent. En outre, 150.000 DA ont été alloués aux ménages modestes. Et 70.000 DA pour les nouveaux mariés, sans oublier les prêts accordés pour les constructions de logement, de l’ordre de 500.000 DA. C’est en tout cas ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk.

Le comité étudie également la possibilité d’augmenter les montants de ces subventions. De façon à booster le pouvoir d’achat des travailleurs du secteur. Concernant les prêts automobile, le chef de la commission dira que leur reprise dépend du retour des opérations d’importations. Et de la publication du cahier des charges par le ministère de l’Industrie.


A lire également