Saihi: un dialogue constructif avec les partenaires sociaux pour résoudre les problèmes

Saihi: un dialogue constructif avec les partenaires sociaux pour résoudre les problèmes

ALGER – Le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi a mis l’accent, mardi à Alger, sur l’importance du dialogue constructif avec les partenaires sociaux pour trouver des solutions aux différents problèmes du secteur, indique un communiqué du ministère.

Dans le cadre de la série des rencontres de concertation et de dialogue avec les partenaires sociaux entamées par le ministère de la Santé visant à examiner les voies de consolidation de la prise en charge de la santé publique, le ministre de la Santé a reçu une délégation du Syndicat national algérien des pharmaciens d’officine (Snapo), conduite par son président Messaoud Belambri, précise le communiqué.

M. Saihi a réaffirmé, lors de cette rencontre, que ce genre de rencontres de concertation avec les différents partenaires sociaux constituent « le moyen idéal pour le dialogue et la concertation sérieux à tous les niveaux en exposant les préoccupations pour trouver les solutions aux différents problèmes posés, notamment en ce qui concerne l’organisation de la profession de pharmacien », ajoute la même source.

Dans ce cadre, il a souligné l’importance de « l’amélioration des conditions de travail du pharmacien et la création d’un climat favorable pour exercer ses activités compte tenu du grand rôle qu’il joue en termes de service public dans la disponibilité des médicaments et des fournitures médicales ».

Le ministre a appelé les membres du Syndicat à « œuvrer à trouver des solutions aux problèmes posés », assurant que les portes du ministère de la santé demeurent ouvertes ».

Le président du syndicat a salué la décision du ministre portant activation du dialogue avec les partenaires sociaux, ajoutant que cette opération est susceptible de « contribuer à l’organisation du secteur de la santé en général et la profession de pharmacien en particulier ».

Selon la même source, M. Belambri a soulevé « nombre de préoccupations professionnelles dont la formation, la numérisation du secteur, la gestion électronique du dossiers des médicaments à travers le suivi du marché dont les pénuries, la régulation de la commercialisation des compléments alimentaires et la révision du système de permanence des pharmaciens », saluant « les cycles de formation dont ont bénéficié les pharmaciens dans le cadre de la réponse de solidarité contre le Covid-19 ».

A ce propos, M. Belambri a évoqué l’arrêté publié dans le journal officiel portant nomenclature des psychotropes conformément au décret exécutif relatif à la gestion de ces produits, affirmant que ce décret « a contribué grandement à assurer la sécurité des pharmaciens au niveau des officines et des hôpitaux », rappelant « les textes exécutifs de la loi 18-11 relative à la santé portant entre autres sur le pharmacien assistant, la formation continue et les prestations  sanitaires ».

Par ailleurs, les deux parties ont convenu de la « nécessité de poursuivre l’action commune en vue de garantir le service public escompté à travers le suivi du traitement des problèmes soulevés avec les services centraux compétents ».


A lire également