Le rôle de l’ANP dans l’édification et la pérennisation de l’Etat mis en relief

Le rôle de l'ANP dans l'édification et la pérennisation de l'Etat mis en relief

ALGER – Des académiciens et des spécialistes dans le domaine militaire ont affirmé, jeudi à Alger, que la célébration de la Journée nationale de l’Armée nationale populaire (ANP) véhiculait de grandes significations liées notamment au rôle de l’armée dans l’édification et la pérennisation de l’Etat algérien.

Lors d’une conférence placée sous le thème « L’ANP : de la libération à l’édification nationale », tenue au siège de la Radio algérienne à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de l’ANP, coïncidant avec le 4 août de chaque année, le professeur de Sciences politiques et Relations internationales, M’hand Berkouk a mis en avant le rôle de l’ANP dans l’édification et la pérennisation de l’Etat algérien, rappelant que « la première mission de l’armée était de préserver les acquis réalisés durant la Guerre de libération ».

Sur le plan stratégique, a-t-il expliqué, l’ANP est « le fédérateur des différentes composantes de la nation », eu égard aux « missions stratégiques qui lui ont été confiées depuis 1962, à savoir : la défense et la sécurité nationales, outre la contribution à la réalisation du développement et à instaurer la solidarité au sein de la société ».

L’ANP connaît « une trajectoire ascensionnelle pour devenir, les prochaines années, une des plus grandes armées dans le monde, à la faveur de la formation supérieure et singulière qu’elle dispense à ses cadres », a-t-il soutenu.


Lire aussi: Le processus de création de l’ANP lié à la volonté du peuple pour la libération


De son côté, le professeur de Relations internationales à l’université d’Alger 3, Ahmed Adhimi a rappelé le rôle accompli par l’ANP durant la guerre des Sables en 1963 ou encore durant la décennie noire face au terrorisme, contribuant durant les années de braise à « la sédentarisation des populations ».

Intervenant à la même occasion, le Lieutenant colonel, Amer Chine, de la direction de l’Information et de la communication à l’Etat major de l’ANP, a expliqué que l’armée avait réussi, au lendemain de l’indépendance, à « supporter le fardeau des problèmes socioéconomiques hérités du colonisateur français ».

L’ANP était, à l’époque, « la seule puissance organisée dans le pays et laquelle a contribué à l’édification de l’Etat algérien à travers la réalisation des routes, à l’instar de la route de l’unité africaine, mais également à la construction du barrage vert, au déminage de vastes terrains et à la prise en charge de veuves et d’orphelins ».

Le lieutenant colonel, Ali Boucherba, de la même direction, a qualifié, lui, la mission de l’ANP après 1962 de « rude et importante » à la fois, notamment en matière de déminage, précisant qu’elle est parvenue en 2016 à la destruction de 9 millions de mines et au ratissage de 62.000 ha de frontières à l’est et à l’ouest du pays.

L’ANP s’est également distinguée, a-t-il ajouté, par « sa haute disponibilité dans la lutte antiterroriste et la prévention de l’économie du pays du pillage et du trafic illicite ».

La disponibilité au combat de l’ANP « émane d’une stratégie et d’une approche réussies du commandement, basée sur la modernisation des armes, la préparation en continu au combat des différentes unités de l’armée en se focalisant sur une ressource humaine consciente et au fait des divers enjeux à relever », a-t-il conclu.


A lire également