FIFA: PLATINI A PORTÉ PLAINTE CONTRE INFANTINO POUR « TRAFIC D’INFLUENCE ACTIF » - Algérie

FIFA: PLATINI A PORTÉ PLAINTE CONTRE INFANTINO POUR « TRAFIC D’INFLUENCE ACTIF »

Dans un communiqué publié ce mardi, Michel Platini révèle avoir déposé une plainte en novembre dernier auprès du Procureur de la République de Paris contre Gianni Infantino, actuel président de la FIFA, pour « trafic d’influence actif ».

Michel Platini encore dans l’actualité judiciaire. L’ancien président de l’UEFA, suspendu de toute activité liée au football par la FIFA en 2015 jusqu’en octobre 2019, a publié un communiqué ce mardi après-midi.

L’ancien dirigeant et footballeur français y indique avoir porté plainte le 17 novembre dernier auprès du Procureur de la République de Paris contre Gianni Infantino, l’actuel président de la Fifa pour « trafic d’influence actif ». Il a également dans le viseur, entre autres, contre Marco Villiger, ancien directeur de services juridiques de l’instance internationale, pour « complicité de trafic d’influence actif ».

Cette plainte fait écho à une enquête actuellement en cours en Suisse, censée faire la lumière sur trois rencontres secrètes (sans procès-verbal), en 2016 et 2017, entre Gianni Infantino et l’ex-procureur général suisse Michael Lauber, chargé des enquêtes en lien avec la FIFA entre 2015 et 2019.

Platini a toujours crié au « complot »

La justice suisse avait ouvert en septembre 2015 une procédure visant Sepp Blatter, président déchu de la FIFA, à l’origine d’un paiement controversé en 2011 de 1,8 million d’euros, sans contrat écrit, à Platini pour un travail de conseiller achevé en 2002. Les deux hommes avaient été suspendus par l’instance, l’ancien joueur de l’équipe de France écopant d’une suspension de 6 ans, remanée à 4 ans par le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Il avait été mis hors de cause par la justice civile suisse en mai 2018, et avait toujours clamé y percevoir un « complot » destiné à l’évincer de la présidence de la FIFA qui semblait s’offrir à lui, au profit de Gianni Infantino. Fin 2018, Platini avait déjà contre-attaqué contre l’instance en lançant une autre procédure, une plainte pour « dénonciation calomnieuse » et « association de malfaiteurs ».


A lire également