Décès de l’ancien archevêque d’Alger Henri Teissier - Algérie

Décès de l’ancien archevêque d’Alger Henri Teissier

L’ancien archevêque d’Alger, Monseigneur Henri Teissier est décédé mardi à Lyon (France) à l’âge de 91 ans.

Né le 21 juillet en 1929 à Lyon, Henri Teissier est un évêque catholique franco-algérien. Ordonné prêtre pour le diocèse d’Alger en 1955, il est nommé Evêque d’Oran par le Pape Paul VI en 1972, avant de devenir par la suite Archevêque Coadjuteur pour le Cardinal Duval à Alger depuis 1980, puis Archevêque d’Alger en 1988. Profondément attaché à l’Algérie, dont il obtient la nationalité en 1966, il est attaché au dialogue inter- religieux.

Lors d’une Conférence-débat sur les religions monothéistes intitulée « Paix et tolérance », Mgr Teissier disait que le terme « Salam » constitue l’un des fondements du christianisme, soulignant que l’Islam, le Christianisme et le Judaïsme sont certes trois religions différentes, mais ont une source et une finalité commune, à savoir le bonheur de l’humanité. Le défunt qui a longtemps vécu à Tlemcen (Ouest d’Alger), sera inhumé en Algérie, selon les mêmes sources.

Un grand homme de foi attaché au dialogue interreligieux

L’Algérie a perdu en la personne de l’ancien archevêque d’Alger, Henri Teissier, un « grand homme de foi », profondément attaché à l’Algérie et au dialogue interreligieux », ont affirmé dans des témoignages à l’APS des personnalités politiques et religieuses.

« Mgr Teissier faisait partie de ces grands hommes de foi qui respectent l’autre, qui se sont mis à l’école des peuples et de leur pensée, ne cherchant pas à les détourner de leur foi originelle », a indiqué Pr Mustapha Cherif, ancien ministre et lauréat du prix Unesco du Dialogue des cultures, rappelant que « l’Algérie, avec sa riche Histoire, de Saint-Augustin à l’Emir Abdelkader, à la pointe du sens de l’hospitalité et de la fraternité, avait rendu hommage appuyé à l’Algérien Henri Teissier de son vivant, en 2012 quand il avait pris sa retraite ».

« Il a aimé l’Algérie et le pays du 1er Novembre l’a fait sien, en lui accordant notamment la nationalité en 1966. Digne héritier de Monseigneur Duval qui s’est engagé aux côtés du peuple algérien durant la glorieuse Révolution, Mgr Henri Teissier représentait la figure de ces prêtres catholiques profondément humains », a relevé Pr Cherif.

Le qualifiant d' »ardent défenseur de l’amitié islamo-chrétienne », il a noté que Mgr Tessier, passeur entre les deux rives, a « toujours œuvré pour le vivre ensemble et en paix ».

Il a en outre affirmé avoir fait la connaissance de « ce passeur entre les deux Rives » à Cordoue (Espagne) en 1974, lors d’un colloque international islamo-chrétien.

A ce propos, Pr Mustapha Cherif a fait savoir que « sur intervention de Mgr Teissier auprès de l’évêque de Cordoue, le groupe de participants musulmans a été autorisé à célébrer la prière du vendredi au sein de la célèbre Mosquée de Cordoue », ce qu’il a qualifié d »événement unique ».

Evoquant la période du terrorisme, Pr Cherif n’a pas manqué de rappeler que « durant les temps sombres, Mgr Teissier est resté en Algérie, témoignant ainsi sa solidaire avec le peuple algérien ».

« Il disait que +l’un des motifs déterminants de notre présence en Algérie, c’est la possibilité de vivre une relation humaine et spirituelle avec des partenaires musulmans.

A travers nos rencontres, c’est l’Eglise et le Monde musulman qui communiquent et, parfois même, qui communient au nom de Dieu+ », a encore témoigné l’ancien ministre.

De son côté, le secrétaire général au Haut Conseil islamique (HCI), Bouzid Boumediene, a qualifié Mgr Teissier d' »Algérien nationaliste ayant œuvré durant toute sa vie pour la promotion des valeurs humaines ».

« Mgr Teissier a su contribuer profondément à instaurer un climat de tolérance et de dialogue entre les différentes communautés », a ajouté Boumediene, insistant sur le fait que « cette grande personnalité religieuse a choisi de rester en Algérie durant la décennie noire ».

Pour le SG du HCI, Mgr Teissier était aussi « le symbole des nationalistes chrétiens ayant défendu la cause algérienne durant la Guerre de libération », rappelant aussi que le défunt n’a jamais raté l’occasion d’exprimer son « profond attachement au dialogue interreligieux, lors de séminaires traitant notamment des questions religieuses communes à l’Islam et au christianisme. »


Quel est votre commentaire concernant : Décès de l’ancien archevêque d’Alger Henri Teissier

A lire également