Conférences autour du concept de la « colonisabilité » dans la pensée de Malek Bennabi - Algérie

Conférences autour du concept de la « colonisabilité » dans la pensée de Malek Bennabi

Conférences autour du concept de la

ALGE- La série de conférences dédiées à la célébration de la pensée de Malek Bennabi a débuté mardi, avec deux thématiques autour du concept de la « colonisabilité » chez cet illustre penseur, animées par, Hichem Cherrad et Wahid Benbouaziz, tous deux professeurs universitaires, en présence d’un public restreint.

Cette conférence accueillie dans la salle « Malek Bennabi » de la Bibliothèque nationale d’El Hamma, rebaptisée dans la matinée par le Premier ministre Abdelaziz Djerad, accompagné par la ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda, s’est tenues après de courts témoignages livrés par, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs Youcef Belmehdi, l’ancien ambassadeur, Abderrahmane Gherieb et l’ancienne ministre de la protection sociale, Z’hor Ounissi.

Les trois intervenants ont brièvement rappelé la clairvoyance et le génie du penseur, « en avance sur son temps », soulignant son sens élevé de l' »anticipation » sur les différents phénomènes sociaux qui traversent le temps.

L’universitaire, Hichem Cherrad a présenté une communication sur les « concepts de colonisabilité et la problématique de la société civile chez Malek Bennabi », revenant d’abord sur les définitions de ces deux notions et l’absence d’une explication claire, quant au sens exact à donner à la « colonisabilité » avec le champ sémantique que pouvait couvrir ce vocable.

La notion « imprécise » de ce « nouveau concept », explique le conférencier, avait conduit à l' »incompréhension » des intellectuels algériens qui avaient alors, pointé du doigt l’illustre penseur, l’accusant de « justifier le colonialisme » à travers une vision tendancieuse, perçue comme une « agression » sur le sentiment national et une manière de « dénaturer les réalités historiques », avec de surcroît, l’intention malsaine de vouloir « nourrir chez les algériens, un sentiment de culpabilité envers leur histoire ». 

En revanche, poursuit l’intervenant, le concept de « société civile » n’a pas été utilisé « de manière directe » par Malek Bennabi, se contentant juste de faire allusion à ses contenus dans ses deux ouvrages, « Mémoires d’un témoin du siècle » et « Les conditions de la renaissance ».


Lir aussi:Le ministère de la Culture et des Arts célèbre la pensée de Malek Bennabi


L’objet de cette conférence, selon Hichem Cherrad, est de cerner, expliquer et préciser le sens » du concept de +colonisabilité+ » en abordant deux de ses plus importants aspects, la « détérioration des relations sociales » et l' »absence de société civile » dans l’espace public, des « signes pathologiques claires » qui expliquent la « chute de la société dans la colonisabilité ». 

Le professeur universitaire Wahid Benbouaziz a ensuite présenté une communication titrée, « La colonisabilité, adage postcolonial ? », un questionnement à la thématique visant à ouvrir l’esprit de Malek Bennabi sur les études « coloniales et post coloniales », or, met-il en garde, la « différence paradigmatique des connaissances » entre la « pensée bennabienne et les études culturelles », rendait vaine et truffée de difficultés, toute « tentative de rapprochement » entre une « pensée née de conditions sociales et culturelles relativement différentes » et une autre « post coloniale répondant aux normes de la globalisation ».

L’objectif d’une telle intervention, poursuit le conférencier, serait donc de « poser de nouvelles questions » à une pensée établie qui « foisonne d’adages culturels, actuels et vivants ». 

Inaugurée dans la matinée par le Premier ministre Abdelaziz Djerad, la première conférence nationale sur l’œuvre du penseur Malek Bennabi intitulée, « A l’écoute d’un témoin du siècle », se poursuit mercredi à la Bibliothèque nationale.


A lire également