CNAL: le projet de loi sur le statut de l’artiste « prêt en 2023 »

BOUIRA – Le projet de loi sur le statut de l’artiste, dont les consultations avec les spécialistes du domaine sont toujours en cours, « sera prêt en 2023 », a indiqué samedi à Bouira, Mme Nouara Idami, membre du Conseil national des arts et des lettres (CNAL).

Dans une déclaration faite à l’APS à l’issue d’une rencontre de consultation avec les artistes locaux à Bouira, Mme Idami a fait savoir que le projet de loi sur le statut de l’artiste « sera prêt en 2023 » et que les consultations avec les concernés se poursuivent.

« Nous sommes en phase de consultations avec les artistes à travers tout le pays. Nous recueillons leurs propositions et leurs points de vue afin d’œuvrer à l’enrichissement de ce projet de loi dont l’objectif est de protéger davantage les doits de l’artiste en Algérie », a expliqué Mme Idami, chorégraphe et maître assistante à l’institut national des arts dramatiques.

La représentante du ministère de la Culture et des Arts a en outre réaffirmé la volonté de ce ministère d’œuvrer pour l’enrichissement de ce projet de loi en vue de trouver des solutions aux problèmes socioprofessionnels vécus par l’artiste en Algérie, et pour améliorer ses conditions de travail.

« Nous travaillons sur plusieurs points, notamment le droit de l’artiste à l’assurance et à la retraite, ainsi qu’à la protection de ses œuvres », a précisé Mme Idami.

Des commissions représentant les différentes spécialités de l’art y travaillent et  recueillent les différentes propositions émises par les artistes à travers le pays afin de pouvoir enrichir le projet de loi qui sortira en 2023, a conclu la même responsable.

Au cours d’une réunion tenue samedi à la maison de la culture Ali Zaâmoum de la ville de Bouira, des dizaines d’artistes ont exprimé à cette responsable ainsi qu’au directeur régional de l’office national des droits d’auteur (ONDA), M. Bachir Yahiaten, leurs préoccupations liées à leur situation socioprofessionnelle.

La réunion s’est ouverte dans la matinée avec la participation de dizaines d’artistes, dont des écrivains, des poètes ainsi que des hommes de théâtre et des artistes plasticiens, venus des quatre coins de la wilaya de Bouira.

Les différents artistes ont mis l’accent sur la nécessité d’améliorer leurs conditions socioprofessionnelles via une loi consacrant leurs droits à la retraite ainsi qu’au soutien en vue de booster l’activité culturelle au niveau local et national.

« L’artiste souffre depuis plusieurs années de la marginalisation, et aujourd’hui il est temps que les responsables du secteur de la culture prennent en charge ses doléances. Nous avons besoin de beaucoup de choses, et beaucoup de jeunes artistes travaillent clandestinement et sont sans revenus », a déploré Ahcen Bouda, un chanteur local venu de Taghzout (Est de Bouira).

D’autres intervenants ont insisté aussi sur l’élaboration d’une carte professionnelle de l’artiste afin de lui permettre d’évoluer dans son domaine et de pouvoir organiser lui-même des activités culturelle à son profit.

« Nous devons aller vers une économie culturelle et encourager les jeunes artistes à créer leurs propres entreprises culturelles via les organismes de soutien à l’emploi. Ces entreprises seront capables d’organiser de grands évènements culturels au profit du grand public à travers la wilaya ainsi qu’au niveau national », a estimé pour sa part M. Rezzoug Abdennour, conseiller culturel à la direction locale de la culture.

Le CNAL est une instance consultative créée en 2011 par décret exécutif et placée sous la tutelle du ministère de la Culture. Il est composé de treize membres dont des personnalités du monde des arts et des lettres.


A lire également