Bientôt une application électronique pour signaler les cas de corruption - Algérie

Bientôt une application électronique pour signaler les cas de corruption

 «Une application électronique au profit des citoyens permettant de soulever leurs préoccupations et doléances », sera lancé  prochainement indique Mustapha Zebdi, président de l’Organisation APOCE (Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement) et président du Forum national de la citoyenneté (FNC).

«Ladite application inclut également une rubrique consacrée au signalement des affaires de corruption pour les soumettre  ensuite aux juridictions compétentes », ajoute Zebdi en marge  d’une rencontre organisée par l’Organe national de prévention et de lutte  contre la corruption (ONPLC) au Centre international des conférences (CIC),  à l’occasion de la célébration de la journée internationale de lutte contre  la corruption.

Elaborée en coordination avec l’ONPLC et les corps de sécurité spécialisés, l’application vise « à répandre le sentiment de sérénité » parmi les citoyens et surmonter la crainte d’aller signaler directement ces crimes aux organes de sécurité, de même qu’elle permettra « de relever le nombre d’affaires de corruption signalées ».

Ces signalements « seront triés et soumis directement aux autorités compétentes » pour prendre les mesures nécessaires, a assuré le président de l’APOCE.

Dans le même contexte, M. Zebdi a affirmé que «le changement souhaité en matière de lutte contre la corruption a déjà été amorcé grâce à une réelle volonté politique traduite en des mécanismes et organes ayant été activés à cet effet, appelant la société civile à s’engager dans cette noble démarche, à «élargir sa base et à interagir avec les citoyens pour leur association aux efforts de lutte contre la corruption».

A cet égard, le président du FNC a salué la mise en place du Réseau national pour l’intégrité en tant que mécanisme d’appui à la société civile dans la lutte et la prévention contre la corruption, soulignant qu’il «contribuera à l’implication du citoyen dans l’édification de l’Algérie nouvelle».

Ce réseau qui rassemblera l’élite de la société civile et les acteurs du domaine de la lutte contre la corruption contribuera à former la société  civile en matière d’observation des pratiques et affaires de corruption,  a-t-il soutenu.

                 

 

              


A lire également