APN : Benabderrahmane présente le projet de règlement budgétaire de 2018 - Algérie

APN : Benabderrahmane présente le projet de règlement budgétaire de 2018

APN : Benabderrahmane présente le projet de règlement budgétaire de 2018

ALGER- Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a présenté lundi le projet de loi portant règlement budgétaire de 2018 devant les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN), en présence du président de l’APN, Slimane Chenine, et de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar.

Dans un exposé détaillé sur le projet de loi portant règlement budgétaire, M. Benabderrahmane a fait savoir que le taux de croissance en 2018 avait atteint 1,4% contre 1,3% en 2017, tandis que les prévisions tablaient sur un taux de croissance de 1,7%.

Le coût moyen du brut a atteint 71,3 USD/baril en 2018 contre 53,9 USD/baril en 2017, a poursuivi le ministre, relevant le recul du taux de change du dinar de 5,69 Da, soit 116,62 Da pour 1 USD.

Concernant le taux d’inflation en 2018, il a atteint 4,3% contre 5,6% en 2017, a expliqué le ministre.

Selon M. Benabderrahmane, le montant global des exportations réalisées en 2018 a atteint 41,1 Mds USD, dépassant les prévisions de la loi de Finances complémentaire de 2018, estimées à 35,5 Mds USD.

Le montant des exportations en hydrocarbures a atteint 39 Mds USD du montant global des exportations, soit une augmentation de 5,8 Mds USD par rapport à 2017, tandis que le montant des exportations hors hydrocarbures a atteint 2,4 Mds USD en 2018.

Concernant les importations lors de la période susmentionnée, le ministre a fait savoir que le montant était de l’ordre de 46,33 Mds USD, soulignant que les plus grandes importations concernaient les produits alimentaires et les marchandises spécifiques aux équipements industriels.


Lire aussi : APN: reprise des travaux lundi en plénière pour la présentation et le débat du projet de loi portant règlement budgétaire 2018


La balance commerciale a enregistré, fin 2018, un déficit de 5,23 Mds USD, contre 11,5 Mds USD en 2017, correspondant à un recul du déficit de la balance de 6,7 Mds USD.

Le ministre a rappelé, dans son rapport détaillé, que les dépenses publiques ont atteint 8.441,6 Mds DA, dont 4.488,31 Mds Da de dépenses de gestion et 3953,29 Mds Da de dépenses d’équipement.Quant au déficit budgétaire du trésor public, l’intervenant a indiqué qu’il était de 340,59 milliards DA en 2018.

En ce qui concerne les réserves de change à la fin 2018, elles s’élevaient à 79,9 milliards de dollars contre 84,6 milliards de dollars en 2017, a ajouté le même responsable, indiquant que ce montant n’incluait  pas les réserves de l’Etat en or.

 

Les députés fustigent le gel des projets de développement de grande importance

 

Dans leurs interventions, les députés ont évoqué la conjoncture exceptionnelle dans laquelle cet exposé a été présenté, soulignant que « le Parlement est en passe d’examiner le projet de loi portant règlement budgétaire de l’exercice 2018, élaboré par des responsables, « dont la moitié se trouve en prison pour corruption et dilapidation de deniers, en tête desquels l’ancien Premier ministre ».

Ils ont reproché au Gouvernement précédent d’avoir gelé plusieurs projets de développement, y compris des projets «de grande importance ».

Les députés ont estimé que le Gouvernement précédent, avec des dépenses importantes, ne contrôlait pas la gestion des fonds en raison de « l’absence d’une vision prospective » et « de la non consommation des fonds alloués, ainsi que du non-respect des délais dans la réalisation des projets ».

Certains parlementaires se sont interrogés sur le sort de plus de 55 fonds spéciaux, appelant à «davantage de transparence sur cette question ».

Les députés ont également évoqué les projets bloqués qui ont été gelés et la position du Gouvernement précédent vis-à-vis des ministères qui « n’ont pas fourni de réponses et d’explications à la Cour des comptes ».


Lire aussi : APN: Beldjoud expose le projet de loi portant Règlement budgétaire de l’exercice 2018


Ils ont appelé également à l’accélération de l’activation de la loi pour lever la criminalisation de l’acte de gestion, estimant que «la non protection des gestionnaires par la loi et le manque de garanties, font partie des raisons qui freinent l’avancement des projets et le manque d’initiative dans la redynamisation du développement local ».

Dans leurs interventions, les membres de l’APN se sont interrogés sur le manque d’évaluation par le ministère des Finances du processus de financement monétaire non conventionnel, et ont également critiqué l’élargissement du budget de fonctionnement au détriment de celui de l’équipement.

Pour rappel, le projet de loi portant règlement budgétaire de 2018 sera adopté demain mardi, après la réponse du ministre aux questions des députés.


Quel est votre commentaire concernant : APN : Benabderrahmane présente le projet de règlement budgétaire de 2018

A lire également