Agression israélienne : retour au calme à Ghaza

Agression israélienne : retour au calme à Ghaza

GHAZA – Le calme est revenu lundi dans la bande de Ghaza à la faveur d’un cessez-le-feu après une escalade israélienne ces trois derniers jours contre le territoire où 27 Palestiniens ont été tués et plus de 160 autres blessés dans une série de raids aériens, rapportent des médias.

« Les Palestiniens ont accepté un cessez-le-feu entré en vigueur avant le lever du jour, en ce début de ramadhan », ont indiqué trois responsables palestiniens.

Les leaders palestiniens à Ghaza ont accepté un cessez-le-feu avec Israël tôt lundi suite à une médiation de l’Egypte. Le cessez-le-feu est entré en vigueur à 04H30 (01H30 GMT), ont précisé un responsable du Hamas et un autre du groupe de résistance Jihad islamique.

Un responsable égyptien a également confirmé l’information tandis qu’une porte-parole de l’armée d’occupation israélienne n’a pas fait de commentaire.

Depuis jeudi dernier, les délégations du Hamas et du Jihad islamique tenaient des pourparlers au Caire avec les responsables des renseignements sécuritaires égyptiens pour restaurer le calme dans la bande de Ghaza et atténuer les conditions de vie difficiles dans le territoire palestinien, sous blocus israélien depuis plusieurs années.

Le premier ministre palestinien, Mohammed Shtayeh, cité lundi par l’agence palestinienne de presse, Wafa, a exhorté les Nations unies à intervenir de « toute urgence, « afin d’arrêter » l’agression israélienne contre Ghaza, appelant à empêcher « une possible reprise » de l’escalade et assurer la protection internationale aux habitants de l’enclave.


Lire aussi: Les leaders palestiniens acceptent un cessez-le-feu avec Israël


M. Shtayyeh qui s’exprimait lors d’une session hebdomadaire du gouvernement palestinien à Ramallah en Cisjordanie, a estimé aussi que « la communauté internationale ne peut rester silencieuse envers les crimes de l’occupation contre des civiles Palestiniens ».

Dimanche, le chef du bureau politique du mouvement de résistance palestinien Hamas, Ismaïl Haniyeh a déclaré qu’il était possible de rétablir le calme dans la bande de Ghaza si Israël s’engage au cessez-le-feu.  

M. Haniyeh a souligné qu' »il est nécessaire de commencer immédiatement à mettre en œuvre les compréhensions pour garantir une meilleure vie pour notre peuple à Ghaza en levant le siège et en mettant fin à l’occupation d’Israël », a indiqué un communiqué de presse envoyé par courriel.

« Sinon, la région connaîtra d’autres séries d’affrontements », a averti M. Haniyeh, ajoutant que la réponse de son groupe est liée à l’ampleur de l’agression israélienne.  

La réponse des groupes de résistance palestiniens ne vise pas à déclencher une guerre, mais à cesser l’agression, à protéger le peuple palestinien et à forcer Israël à honorer le cessez-le-feu, a-t-il expliqué.


Lire aussi: Palestine: plus de 50.000 arrestations d’enfants depuis 1967


Durant les deux jours d’escalade israélienne, 27 Palestiniens ont été tués dans des frappes aériennes intensives de l’occupant israélien contre Ghaza, et 160 autres ont été blessés, selon Wafa.

« Les avions de guerre israéliens ont effectué environ 150 raids qui, outre les tirs d’artillerie, ont visé 200 lieux de repère civils, notamment des bâtiments résidentiels, des magasins et des organes de presse », a ajouté l’agence.

L’occupation israélienne a complètement bombardé 130 unités résidentielles et 700 autres partiellement et a contraint les habitants au déplacement vers d’autres régions relevant de l’enclave, selon WAFA.

Deux femmes enceintes comptent parmi les victimes et deux nourrissons, selon le ministère ghazaoui de la Santé.    

L’aviation et l’artillerie israéliennes ont frappé plus de 350 objectifs du Hamas et du Jihad islamique, selon des médias.

Au cours de la dernière décennie, Israël a lancé trois agressions militaires contre l’enclave palestinienne où une grande partie d’infrastructures a été gravement endommagée.

Après la dernière agression en 2014, les Nations Unies avaient averti que la bande de Ghaza serait « inhabitable » d’ici à 2020.


A lire également