1er Salon du e-commerce: les plateformes e-commerce attirent les jeunes entrepreneurs

1er Salon du e-commerce: les plateformes e-commerce attirent les jeunes  entrepreneurs

ALGER- Le premier Salon du e-commerce et des services en ligne qui se tient au Palais des expositions à Alger du 20 au 23 septembre courant enregistre une grande affluence des jeunes entrepreneurs venus de différentes wilayas pour acquérir des plateformes e-commerce.

Plusieurs exposants présents à ce Salon proposent des solutions de création de plateformes e-commerce au profit des commerçants et des opérateurs économiques, tout en garantissant l’accompagnement nécessaire, notamment les solutions de facturation et de e-paiement.

Les stands de ces exposants attirent un nombre important de visiteurs, des jeunes entrepreneurs en grande partie, qui y viennent pour se renseigner sur ces solutions qui peuvent booster leurs ventes et augmenter leurs chiffres d’affaires.

Approché par l’APS, Rafik, propriétaire d’une boutique de produits de beauté a affirmé être venu de Chlef pour visiter le Salon afin de découvrir les plateformes e-commerce, bénéficier de leurs services et se lancer dans une expérience qui pourrait doubler ses bénéfices.

Plusieurs expériences dans mon milieu commercial sont « très réussis » dans ce domaine, a-t-il ajouté.

Pour sa part, Salima, patronne d’une boutique de vêtements traditionnels a indiqué que sa sœur avait traité l’an dernier avec une de ces plateformes, relevant que cette expérience l’avait encouragée à venir découvrir de près les avantages des plateformes et choisir par la suite la plus appropriée.

Abdeldjalil, médecin, en quête de solutions techniques pour faire la promotion de sa clinique, a expliqué que le Salon lui a permis de découvrir une plateforme dédiée aux médecins et aux services médicaux pour créer un espace virtuel pour son activité.

Outre les professionnels et les commerçants, nombre considérable de jeunes chômeurs désirant lancer leurs activités en e-commerce visitent ces stands.

Mohamed, diplômé de l’université de Bab Ezzouar et en chômage depuis 2020, a indiqué que ces deux années de chômage ont nourri en lui l’idée de lancer son propre projet.

Sur son choix d’opter pour le e-commerce, il dira qu’il a été principalement motivé par les coûts réduits et la possibilité d’accéder à une large clientèle.

Pour Nedjwa, les jeunes passent beaucoup de temps sur internet, un moyen susceptible de leur faire gagner de l’argent à condition de trouver une idée originale sans commettre des erreurs, ce qui justifie son recours à des spécialistes.

Les exposants et les visiteurs, au niveau des stands de ce salon, ont été unanimes à souligner les « perspectives prometteuses du e-commerce en Algérie ».

Interrogés par l’APS, plusieurs représentants d’entreprises participantes ont affirmé que le développement de ce type de commerce était tributaire de la généralisation du e-paiement, et de l’élimination du problème lié à la confiance vis-à-vis des transactions virtuelles.

De son côté, Noureddine El Wahadj, propriétaire d’une startup spécialisée dans la création de sites web, a jugé impératif d’adopter des démarches pour amener les clients à utiliser le paiement électronique, préconisant, dans ce sens, la mise en place d’une panoplie d’incitations, dont des réductions sur le produit, en cas de paiement via carte électronique.

Pour sa part, Islam Ben Saïbi, représentant d’une entreprise exposante, a appelé à l’organisation de campagnes de sensibilisation étudiées pour vulgariser l’utilisation des moyens de paiement électronique.

Il faudrait, pour ce faire, renforcer les bonnes pratiques des opérateurs économiques qui doivent s’engager à changer le produit qui ne plait pas au client ou encore rembourser les retours, a-t-il dit.

A ce propos, Riyad Khellafi, représentant d’une société présente au salon, a affirmé que les jeunes assimilaient plus les nouvelles technologies de paiement par rapport à leurs ainés de plus de 40 ans.  


A lire également