MAE sahraoui: le Maroc s'entête dans sa politique de confusion entre la zone tampon et les territoires libérés

CHAHID EL HAFEDH (Camps des réfugiés sahraouis) - Le secrétaire général (SG) du ministère des Affaires étrangères (MAE) sahraoui, Mohamed Essalem Hamadaha, a affirmé mardi que "le Maroc s'entête dans sa politique de contrevérité et de confusion entre la zone tampon, qui ne dépasse pas les 5km et le reste des territoires sur lesquels se trouvent l'Armée de libération populaire sahraouie (ALPS) depuis le départ de l'occupation espagnole".

Dans une déclaration à l'APS, en réaction aux allégations marocaines faisant état d'une "prétendue intrusion du Front Polisario dans la zone tampon, le SG du MAE sahraoui a indiqué que l'ONU et l'Union Africaine (UA) qui ont supervisé les négociations directes entre le Royaume marocain et le Front Polisario depuis 1988 ainsi que la communauté internationale, en général, savent que les allégations marocaines sont "infondées", rappelant que le porte parole du secrétaire général de l'ONU, Stephan Dujarric avait affirmé le 19 avril dernier que les "deux régions de Tifariti et Bir Lahlou ne font pas partie de la zone tampon", située à 100 km du mur de la honte séparant l'armée de l'occupation marocaine des forces de l'ALPS.


Lire aussi: Sahara Occidental: la France et le Maroc poussent insidieusement à la révision de l’accord militaire N 1


Le diplomate sahraoui a souligné que "c'est le Maroc qui a violé plus d'une fois le cessez-le-feu au cours des dernières années en usant de provocations", rappelant à cet égard "l'ouverture de manière illégale par l'armée d'occupation marocaine d'un passage à El Guergarat, outrepassant le mur de séparation entre les forces d'occupation et les combattants de l'Armée de libération sahraouie".

Le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères a souligné que la MINURSO, l'ONU et la communauté internationale "savent pertinemment que les allégations marocaines sont fausses et infondées". En y recourant, "le Maroc tente de se dérober à ses responsabilités et à la volonté de l'ONU de décoloniser le Sahara occidental, dernière colonie en Afrique, et d'entraver l'application des résolutions onusiennes, notamment la résolution 2414 adoptée le 27 avril 2018 par le Conseil de sécurité invitant les deux parties au conflit (le Maroc et le Front Polisario) à rependre les négociations sans conditions préalables et de bonne foi".

Cet acte n'est qu'une provocation et cette campagne frénétique participe d'une machination visant à gagner le soutien à l'occupation illégale du Sahara occidental par le Maroc et à tromper l'opinion publique marocaine et internationale, a estimé le responsable sahraoui.

Lire depuis APS Monde

Quel est votre commentaire

Click me to scroll