Sahara Occidental:

Le Conseil de sécurité pour un texte de résolution axé sur le règlement du conflit

Le Conseil de sécurité pour un texte de résolution axé sur le règlement du conflit

NEW YORK - Les tractations autour d’un projet de résolution sur le Sahara Occidental occupé, se poursuivaient jeudi au Conseil de sécurité où des pays membres ont demandé un texte axé sur le règlement politique du conflit.

Le texte présenté par les Etats-Unis, en tant que porte-plume des résolutions sur le Sahara Occidental, ne fait pas consensus au sein de cet organe onusien.

La délégation américaine s’attèle à peaufiner une troisième mouture qui vraisemblablement sera la dernière, et dont les détails seront connus cet après-midi, confient des sources proches du dossier à l’APS.

Le vote de la résolution est prévu pour vendredi. Le Conseil de sécurité pourrait être amené à prolonger le mandat de la mission de six mois au lieu d’une année, selon les mêmes sources. Toutefois, jusqu’ici cette proposition n’a pas été confirmée.

La Russie, la Suède, les Pays-Bas, la Bolivie, le Kazakhstan, et la Chine ont estimé que le texte devait être focalisé sur le processus politique en vue d’apporter un soutien plus efficace à l’émissaire Horst Kohler dans sa mission de médiation.

Le texte marqué par l’empreinte de la France, qui s’est toujours opposé au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, a été en partie orienté sur El Guergarat, alors que le règlement de la crise dans cette zone tampon a été déjà pris en charge par une résolution précédente du Conseil de sécurité à laquelle le Maroc s’oppose.

Rabat a refusé l’envoi d’une mission onusienne pour examiner sur le terrain la partie qui était à l’origine de la violation de l’accord de cessez-le-feu dans cette zone sous surveillance des Nations Unies, la jugeant "inopportune et inappropriée ".

En outre, les Nations Unies ont apporté un démenti formel aux accusations du Maroc sur la prétendue présence du Front Polisario à El Guergarat, qui a été suivi peu de temps après d’un rappel important sur les limites géographiques de cette zone qui en aucun cas n’incluent les territoires libérés de Bir Lahlou et Tifariti.

En amplifiant la crise à El Guergarat, le Maroc veut délibérément détourner l’attention du Conseil de sécurité du vrai problème qui est l’actuelle impasse dans laquelle se trouve le processus de paix.

D’ailleurs, la référence à cette impasse figurant dans le projet initial de la résolution a été contestée par la France et le Maroc qui demandent sa suppression du texte.

Lire depuis APS Monde

Quel est votre commentaire

Click me to scroll