Béjaïa : Touhami part «indemne», Zitouni arrive en «bombardier»

Le wali de la wilaya de Béjaïa, Hamou Ahmed Touhami, est muté à Ain Temouchent à la faveur du mouvement que vient d’effectuer le président de la république dans le corps des walis.  Sa mutation n’est pas du même goût que celles de ses autres collègues et pour cause. Installé en octobre 2010, Hamou Ahmed Touhami quitte Béjaïa après un peu moins de cinq ans d’exercice marqués par des rapports tendus avec quelques élus et politiques, notamment du parti du FFS. Son départ a été revendiqué haut et fort par ses détracteurs qui ont exigé une commission d’enquête sur sa gestion. Hamou Touhami s’est défendu, parfois sans réserve, en se référant à son bilan qu’il a promis de présenter. Son départ annoncé pour Ain Témouchent annule de fait cette promesse publique. Négatif ou positif, son bilan ne se fera pas donc, tout comme n’aura pas lieu la confrontation avec ses accusateurs du FFS. Derrière lui, il laisse aussi des plaintes qui courent contre des élus. Le communiqué de la présidence de la République prend tout le monde au dépourvu, y compris Hamou Touhami qui a annulé à la dernière minute, en fin de journée de ce mercredi, une visite d’inspection au chantier des tunnels de Sidi Aïch programmée pour ce jeudi matin. La cellule de communication de son cabinet préfère parler de «report». En faisant objet d’une mutation, Hamou Touhami sort ainsi «indemne» de tout le mécontentement soulevé bruyamment et publiquement autour de sa personne, puisque la rumeur a souvent insisté sur son départ en retraite. Il n’en est finalement rien. Du Sud, au centre, Hamou Ahmed Touhami part à l’ouest pour une autre wilaya côtière. Son remplaçant, n’est autre que Ouled Salah Zitouni, wali de Mascara depuis 2010, père de trois enfants. Ancien secrétaire général de la wilaya d'Alger, Ouled Salah Zitouni n’a pas une longue expérience au poste de wali. Mascara a été son baptême de feu. Localement, il laisse en tout cas de bonnes impressions, un wali «en bon rapport avec les élus». «Il a relancé tous les chantiers à l’arrêt à Mascara» nous répond, au téléphone, un Mascri que nous avons interrogé. A Mascara comme à Alger, on affuble Ouled Salah Zitouni du nom de «bombardier». À Béjaïa, il prendra ses fonctions dans une wilaya avec ses spécificités.  

القراءة من El Watan Actualité

شاركنا رأيك

Click me to scroll